news WJ-S WJ-Sessions WJ-Sets WJ-Schedule WJ-System
feedbacks bookmarks presse partners newsletter contacts
 
 
Olga Kisseleva
>>>> WJ-Sets

Olga Kisseleva

BIO english

excerpt from the catalogue “INOUT Prague biennial”, July 2003

Olga Kisseleva is one of the most accomplished Russian artists of her generation. Graduated from St. Petersburg University, she belongs to the first generation after Perestroika, which helped to bring down the Berlin Wall and cast aside the iron curtain.

From the beginning of the 90s Olga Kisseleva on the invitation of the Fulbright Foundation found a roof for her work in the research group in the United States which dealt with the development of digital technologies. She mainly stayed on the research laboratories in New York and in California, where she participated in the first adventurous beginnings of Silicon Valley. In 1996 she is getting her PhD for her theoretical work on the theme of new forms of hybridization and she is invited to the Fine Art Institut of “Hautes Etudes” in Paris. Since then she has been developing original work in which is oscillates between truth and untruth and she is searching for improbable boundaries that separate both. In all of her projects the viewers very much take part, thereby the artists challenges the ability of new media to create a true picture of reality.

The artist’s main exhibitions include : National Center for Contemporary Art, Moscow, Modern Art Museum, Paris, Russian Museum, St. Petersburg, KIASMA, Helsinki, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid, Venice Biennial (1999, 2001, 2003), Istanbul Biennial (2001), Dakar Biennial (2002), La Fondation Cartier for contemporary art, Paris, Center Georges Pompidou Contemporary Art Museum, Paris, CAPC Contemporary Art Museum, Bordeaux, Machida Museum of Graphic Arts, Tokyo, Art Institute, Chicago...

TEXT WJs english

"ex-stream" is based on the English word “stream” meaning the flux, or, as it is the case in computer terminology, the continuous flowing of information in real time. “ex” derives instead from “external”, “extreme”, “experience”... But it can also be read as “ex” = previous.

The project ex-stream is based on the analysis of the program Microsoft Business Solutions, which is used by most international big corporation to spy on their own employees. Following the logic of Microsoft Business Solutions, ex-stream controls the network on which it is installed, keeps track of the frequency of the data exchange among the network users, and of the volume and type of data sent and received through the network. The interface interprets this data offering a dynamic visual showcase of the activity of the network in real time.

Today the distance between media and war technology is quickly becoming shorter and shorter. If a few decades ago Internet was invented for war purposes, to a greater extent, today all digital cultural, games and visual images carry a trace of the aesthetics of the war-industrial complex.

>>shows Art Digital (curator Antonio Geusa), First Moscow Biennale of Contemporary Art, MARS, 2005

olga@kisseleva.org http//www.kisseleva.org

BIO english

Olga Kisseleva, née en 1965 à Saint-Pétersbourg, est l’une des artistes russes les plus reconnues de la derniere génération. Diplômée de l’Université de Saint-Pétersbourg en 1988, elle fait partie de cette première génération de la Perestroïka, qui fait tomber le mur de Berlin et lever le rideau de fer. Dès le début des année 90, Olga Kisseleva intègre, sur invitation de la Fondation Fulbright, une équipe de créateurs qui travaillent sur le développement des technologies numériques aux Etats-Unis. Elle séjourne notamment à l’Université de New York et à l’Université de Californie, où elle participe à l’aventure des premières start-up de la Silicon Valley. En conclusion de ce travail universitaire, elle soutient en 1996 sa thèse de doctorat sur les nouvelles formes d’hybridation, et rejoint l’Institut des Hautes Etudes en Arts Plastiques à Paris. Depuis, elle développe un travail original, oscillant entre le vrai et le faux, à la recherche de l’improbable frontière qui sépare l’un de l’autre. Faisant largement participer les spectateurs à tous ses projets, elle met en doute la capacité des nouveaux médias à créer une image fidèle de la réalité.

L’œuvre d’Olga Kisseleva entremêle des actions qui se déroulent dans les milieux urbains ou en réseau avec des interventions dans les galeries et musées.

Le travail d’Olga Kisseleva a été notamment présenté au Centre National d’Art Contemporain (Moscou, 2001), à l’ARC (Paris, 1999, 2003), au Musée Russe (St-Pétersbourg, 1999, 2001), à KIASMA (Helsinki, 2001), au Musee Nacional Centro de Arte Reina Sofia (Madrid, 1998), dans les Biennales de Venise (2001, 2003), d’Istanbul (2001), de Dakar (2002) et de Tirana (2003)... Ses œuvres sont conservées au Musée Russe de St-Pétersbourg, à la Galerie Trétiakov, au Centre National d’Art Contemporain à Moscou, au Musée des Beaux Arts d’Ekaterinbourg, au Machida City Museum of Arts à Tokyo, au sein des collections du Ministère de la Culture Russe, du FRAC Languedoc-Roussillon et de la Fine Art Foundation de New York, ainsi que dans des collections privées en Russie, aux Etats-Unis, en Allemagne et en France...

TEXT WJs french - ex-stream

ex-stream est basé sur le terme anglais "stream" que signifie le flux, ou, dans la terminologie informatique - le flux continu de l’information en régime du temps réel. "ex" provient à la foi de "external", "extremal", "experience"... Mais aussi perçu comme "ex" = ancien.

Le logiciel ex-stream developpé en collaboration avec un informaticiens du bureau de FSB - St Petersbourg se base sur l’analyse du programme Microsoft Business Solutions utilisés par la plupart de grandes corporations internationales, en particulier pour l’espionnage de l’activités de ses propres employés. Comme le logiciel Microsoft Business Solutions, ex-stream contrôle le réseau, sur lequel il est installé, en traquant la fréquence des échange des données par les utilisateurs du réseau, ainsi que le volume et le type des données, envoyé ou reçu à l’interieur de ce réseau. Il interprète ces données, en proposant la montre dynamique visuelle de l’activité du réseau en régime du temps réel.

La frontiere entre des technologies des médias et des technologies militaires s’efface aujourd’hui à une vitesse effroyable. S’il y a quelques décennies Internet est apparu comme une des technologies militaires, aujourd’hui toute la culture numérique, des jeux et des loisirs portent une empreinte du l’esthétique du complexe militario-industriel.

Ainsi, dans la convergence des techniques militaires d’entraînement, de la modélisation 3D, des industries hollywoodiennes de loisirs et de nouvelles technologies des médias se définit une très particulière esthétique dominante. Créé par ces "partenaires" le trés riche dictionnaire visuel de la guerre du 21-er siècle forme de manière subconsciente notre perception du conflit militaire : we now use the same tools to play, create media, and kill, annonce fièrement sur son site GameSpy, une société californienne spécialisée dans les jeux informatiques.

ex-stream contribue à mettre en évidence la dépendance de plus en plus importante, du monde réel envers les mondes virtuels. Cette dépendance est assez peu perceptible dans notre vie quotidienne. Et pourtant, non seulement la réussite de nos projets, mais aussi notre liberté et notre indépendance sont liés aujourd’hui aux réseaux informatiques de plus en plus omniprésents et aux bases de données constamment grandissantes. L’aspect et le comportement des jeunes aujourd’hui imitent... la dernière interface du jeu vidéo à la mode. Ayant créé les jeux informatiques selon la réalité, aujourd’hui nous cette réalité sur le modèle du jeu informatique.

co-production : Art Digital : I Click, Therefore I Am, Biennale d’Art Contemporain de Moscou, Musée d’Art Contemporain de Moscou

PHOTOS

 
 
>>>> Patricia Maincent
>>>> Isabelle Arvers
>>>> mia makela / solu
>>>> Jérôme Joy
>>>> Marika Dermineur
>>>> Olga Kisseleva
>>>> Jean-Baptiste Bayle
>>>> Krn
>>>> Sylvie Astié
>>>> Myrtilles / Lucille calmel
>>>> Anne Laforet
>>>> Agnès de Cayeux